Recherche par mots-clés

Questions classées dans : acoustique

Les bruits de canalisations peuvent être source d’agacement acoustique. PLADUR® vous propose des solutions adaptées à l’état actuel de vos installations.
Afin de vous orienter vers une solution, vous devez tout d’abord analyser votre installation.

Si la canalisation n’est pas située dans une gaine, il faudra en créer une tout autour.

En revanche si la canalisation est déjà située dans une gaine, son isolation mérite certainement d’être renforcée en y insérant si l’intervention est possible de la laine minérale ou alors en vissant une plaque de plâtre PLADUR® supplémentaire sur ses parois.

ATTENTION : dans les locaux humides (cuisine, salle de bains, WC, etc.), il faut utiliser des plaques PLADUR® de type H1.

>> Gaine technique PLADUR®

>> Ajout d’une plaque de plâtre PLADUR®

Il arrive parfois que l’on puisse être perturbé par des gênes sonores provoquées par nos voisins de palier (conversation, musique, bruit de pas, etc.). Le bruit est généralement porté par le mur, mais il peut aussi être transmis latéralement (par exemple les planchers ou les murs de façade) ou emprunter des voies parasites (prises électriques en vis-à-vis, gaines…).
PLADUR® dispose de solutions de plafonds, de cloisons et de contre-cloisons qui vous permettront d’améliorer votre confort acoustique.

Tout d’abord, il faut identifier le cheminement du bruit afin de savoir s’il est transmis à travers un mur ou une cloison séparative, un plancher continu, une façade, une toiture continue, etc.
Dans le cas d’une transmission par un mur en maçonnerie séparant deux logements ou d’une transmission par les façades, vous pouvez monter une contre cloison sur montants PLADUR® en y incorporant de la laine minérale. Cette intervention au niveau de la façade améliore aussi ses performances thermiques donnant droit aux aides financières sous certaines conditions.

S’il s’agit d’une transmission par une cloison en plaques de plâtre séparant deux logements, il faut ajouter une épaisseur de plaques de plâtre PLADUR® vissées dans le parement existant.

De même dans le cas d’une transmission par les toitures, après vérification de la capacité de l’ossature et des suspentes du plafond existant à supporter une nouvelle charge, vous pouvez visser une épaisseur supplémentaire de plaques de plâtre au plafond existant. En cas de doute, étudier la réalisation d’un plafond sans suspente fixé aux parois verticales.

>> Contre-cloison sur montant PLADUR®

>> Ajout d’une plaque de plâtre PLADUR® sur cloison ou plafond en plaque de plâtre

>> Plafond sans suspente PLADUR®

Les bruits provenant de l’extérieur (trafic routier ou conversation des passants) sont souvent sources d’inconfort. Pour les traiter, il faut agir sur différentes parties du bâtiment comme les murs de façade mais aussi et surtout les points les plus faibles de votre habitation en ce qui concerne la protection acoustique (baies vitrées, entrées d’air, coffres de volets roulants, conduits, défauts d’étanchéité à l’air…). Pour le traitement des murs de façade, PLADUR® dispose de solutions acoustiques qui vous permettront d’améliorer votre confort.
Pour l’isolation aux bruits au niveau des murs de façade, PLADUR® vous propose des solutions par l’intérieur.

>> Contre-cloison sur montant PLADUR®

>> Doublage thermo-acoustique PLADUR®

 

Il se peut que le confort acoustique de votre logement soit dégradé par des bruits provenant du logement d’en haut (bruit de pas, de meubles déplacés, etc.). PLADUR® dispose de solutions acoustiques qui vous permettront d’améliorer votre confort en réalisant un plafond sans-suspente.
À défaut de pouvoir agir au niveau du sol du voisin, la solution la plus efficace reste la réalisation d’un plafond sans suspente. Les sons étant transmis par les murs porteurs, il peut aussi être nécessaire d’agir sur ceux-ci en en réalisant une contre-cloison PLADUR®.

>> Plafond sans suspente PLADUR®

>> Contre-cloison sur montant PLADUR®

 

Le résultat d’isolement est influencé par les performances acoustiques de chaque élément de façade : le châssis vitrés, le(s) entrée(s) d’air, le(s) coffre(s) de volet roulants, le doublage thermique intérieur ou extérieur et la maçonnerie.

L’ensemble des axes routiers et ferroviaires font l’objet d’un classement sonore divisé en catégories qui vont de 1 à 5. La catégorie 1 est la plus bruyante et correspond à une autoroute ou un périphérique. La catégorie 5 correspond à une route peu passante en milieu rural.

Les objectifs réglementaire du bâtiment sont calculés par le maître d’œuvre acoustique à partir de ce classement sonore des voies de transports autour du bâtiment et des règles définies dans le texte du 23 juillet 2013 (distance séparant la(es) voie(s) du bâtiment, orientation du bâtiment, éventuels obstacles entre la voie et le bâtiment, etc.).

L’isolement vis-à-vis des bruits extérieur DnT,A,tr doit a minima être supérieur ou égal à 30 dB d’après la réglementation. Dans le cas les plus contraignants, l’objectif peut atteindre 45 dB.

La méthode la plus fiable pour évaluer la performance acoustique d’un appartement est de faire réaliser des mesures de diagnostic par un professionnel.

L’acousticien pourra notamment tester :

  • Les isolements aux bruits aériens DnT,A : entre circulation et logements, entre le logement et les autres logements superposés et côté à côte, entre le logement et un éventuel commerce/local d’activité en RdC, etc.)
  • Les niveaux de bruits de chocs LnT,w
  • L’isolation des façades vis-à-vis du bruit extérieur DnT,A,tr
  • Les niveaux de bruits d’équipements LnAT : ascenseur, VMC, chauffe-eau, etc.

Outils de mesures :

Il est souvent reproché à l’isolation acoustique de faire perdre de la place dans les pièces avec les épaisseurs de doublage.

Pour minimiser l’impact des doublages, il existe des solutions :

  • Utiliser des plaques phoniques qui sont avec des performances acoustiques équivalentes moins épaisses
  • Mutualiser les isolations acoustiques et thermiques avec des matériaux dits thermo-acoustiques
  • Faire intervenir un acousticien pour dimensionner les traitements (lui-même sera en mesure d’optimiser les traitements et de s’engager sur des résultats)

Les surfaces absorbantes (en plafond, mais aussi sur les murs ou au sol) contribuent à améliorer le confort acoustique dans une pièce en :

C’est un système qui consiste à réaliser une « coque acoustique » au sein d’une ou plusieurs pièces d’un bâtiment pour isoler cet espace du bruit en provenance des autres locaux et/ou protéger.

Le principe est décrit ci-dessous.

Selon les objectifs acoustiques du projet et des contraintes, différents types de dispositions constructives peuvent être prévues :

  • Le plafond isolant en plaque de plâtre peut par exemple être réalisé avec les suspentes anti-vibratiles élastomère ou ressort accroché au plafond haut. Dans certains cas, les plaques de plâtre ne sont pas accrochées au plancher haut, un système autoportant est mis en œuvre.
  • Les parois verticales de la « boite » peuvent être réalisées à base de contrecloison en plaque de plâtre ou de mur en maçonnerie type parpaings.
  • Le plancher bas de la « boite » est réalisé avec une chape flottante qui peut être mise sur une souscouche élastomère continue, sur des plots élastomère ou ressort.

Une grande attention doit être apportée aux traitements acoustiques des divers réseaux (ventilation, plomberie, électricité, etc.) et des détails de mise en œuvre.

On rencontre souvent ce genre de dispositifs sur les studios d’enregistrement / répétition, discothèques, salles de concert, théâtres, etc.

Le dimensionnement de ce type de solutions constructives nécessite des études de conception particulières.